[NEWS] Chimie: l’américain Eastman négocie une implantation en Normandie

Le groupe américain de chimie Eastman a annoncé mercredi être en « négociation exclusive » pour l’implantation à Port-Jérôme-sur-Seine, en Normandie, de l’usine de recyclage de plastiques qu’il veut construire en France et qui doit créer 350 emplois directs.

L’entreprise « projette d’investir jusqu’à 850 millions d’euros », a rappelé dans un communiqué Eastman. Le groupe américain avait annoncé en janvier avoir un tel projet en France mais sans en préciser la région.

Les « négociations exclusives » sont menées avec la communauté de communes Caux Seine Agglo à qui appartient le terrain, a précisé à l’AFP le service communication d’Eastman.

L’usine qui « prévoit d’être opérationnelle à l’horizon 2025 (…) créera des emplois pour environ 350 personnes, et entraînera la création de 1.500 emplois indirects », a confirmé mercredi la multinationale, qui emploie environ 14.000 personnes dans le monde pour un chiffre d’affaires de 10,5 milliards de dollars (9,44 milliards d’euros) en 2021.

Le projet bénéficiera d’une aide de 62 millions d’euros de l’Ademe et de 35 millions du conseil régional de Normandie, a précisé à l’AFP la région.

« Il s’agit du plus gros projet industriel en France » avec un financement privé à 100% étranger, a affirmé le président du conseil régional Hervé Morin (les Centristes) interrogé par l’AFP.

« La technologie éprouvée de renouvellement du polyester d’Eastman (…) offre une véritable perspective de circularité aux déchets plastiques aujourd’hui difficiles à recycler », a assuré Eastman dans son communiqué.

« Ces matériaux, comme le PET » (polytéréphtalate d’éthylène, utilisé notamment pour les bouteilles, un des grands fléaux pour l’environnement) « coloré ou dégradé, ou encore les textiles, sont généralement incinérés parce qu’ils ne peuvent pas être recyclés mécaniquement, ou parce qu’ils perdent en performance lorsqu’ils sont traités par les technologies existantes », poursuit le groupe américain fondé en 1920.

« L’efficacité » de la technologie de recyclage des polyesters d’Eastman « couplée aux énergies renouvelables disponibles en Normandie permettront à Eastman de transformer les déchets plastiques en matériaux de première qualité avec des émissions de gaz à effet de serre jusqu’à 80% inférieures à celles des méthodes de recyclage traditionnelles », assure le groupe américain.

« A ce stade seul l’industriel est en mesure d’affirmer que son procédé de recyclage est vertueux », a nuancé le conseiller régional EELV Rudy L’Orphelin.

Les écologistes s’interrogent en outre sur « l’importance de l’aide publique accordée » au vu du « chiffre d’affaires de la société », a ajouté l’élu.

L’argent public doit « d’abord et avant tout servir à financer des politiques visant à éviter de produire des déchets », ajoute-t-il.

Situé entre Le Havre et Rouen, Port-Jérôme-sur-Seine est connu pour sa raffinerie ExxonMobil. Air liquide y est également implanté avec une usine d’hydrogène « gris » produit à partir de gaz, mais décarboné grâce à un procédé d’extraction du CO2, selon le groupe. Air liquide y a également un projet de production d’hydrogène « vert » à partir de l’électrolyse de l’eau. La concrétisation y est annoncée également pour 2025.

La Normandie était en concurrence avec la région Grand Est, selon M. Morin.

clc/mcl/clr